le syndicat des parias Index du Forum
 
 
 
le syndicat des parias Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Tiré de l'époque des Scorpio

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le syndicat des parias Index du Forum -> Le Bureau -> Textes et récits (RP)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Phraste
Truand

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2010
Messages: 10

MessagePosté le: Mer 17 Mar - 17:04 (2010)    Sujet du message: Tiré de l'époque des Scorpio Répondre en citant

Récits tirés de la période Scorpio.

Pourquoi travailler quand tout à portée de main pour qui sait ne pas se faire voir ? C'est ce qu'as toujours pensé Phraste malgré les belles paroles de ses parents sur les valeurs, l'honnêteté et la vaillance avant de s'apercevoir que certains objets disparaissaient miraculeusement de la maison.
Sa cleptomanie lui as valut le surnom de "main leste" chez les siens. Car s'il est futé pour "emprunter" un tas d'affaires, tout le monde ne prend pas ce défaut à la légère, il a dû souvent s'arranger pour ne pas finir au gibet par faute d'un larcin mal dissimulé.

C'est d'ailleurs cette fâcheuse tendance de faire sien les objets qui traînent dans les bourses, les sacs et les ceintures qu'il s'est mis en quête d'une famille capable de soutenir ses action incomprises.
Après avoir "trouvé" la carte du chat noir sur un Draeneï peu consciencieux et réuni les rumeurs sur cette même personne, Phraste s'est mis en tête de le retrouver.

D'apparence svelte voir maigre, Phraste a une fâcheuse manie à être instable dans ses décisions, ses paroles et surtout d'être incapable de tenir en place. D'ailleurs quand ce n'est pas pour piquer un objet, ses mains sont toujours occupées à tripatouiller ses butins.
Il est parfois aussi compliqué de le comprendre tant ses lèvres s'agitent comme quelqu'un qui devait s'expliquer sur un meurtre devant la corde, reprenant son souffle que si nécessaire.



Bienvenu chez les Scorpio.


Aaaah, ça fais du bien ! Yeux fermés, une main dans les cheveux, il tente de récupérer de l'effet des stupéfiants de la soirée mouvementée.
Une petite créature, nichée sur son épaule ressemblant à un diablotin d'un main de hauteur, s'adosse contre son oreille d'un sourire mesquin.
-"Eh ben ! On peux dire que tu t'en sort bien, comme toujours."
-"Bien ? Tu appelles ça bien ?", marmonne Phraste en observant la trace de mâchoire imprimée sur son épaule.
-"Ça prouve que tu as la cote !". La créature croise les bras tout en penchant son visage pour regarder Phraste de biais. "Et maintenant, c'est quoi ton plan ?"
Après un long soupir, l'Elfe entreprit de tourner la poignée faite d'or pour couper l'arrivée d'eau, et s'enroule dans une épaisse serviette chaude brodée qui traînait sur une machine gnome à chauffer.

-"On verra ça. Pour l'intant, j'ai un pied dedans, et je sais maintenant que ce n'est pas le Chaton noir qui tire les ficelles mais la matriarche."
-"Un pied ? Tu as les deux pieds dedans, ouais ! Et je te dis pas dans quoi !", ricanne soudain le diablotin de sa voix aigüe tout en sautillant sur la morsure à l'épaule, ce qui fit grogner le voleur.
-"C'est vrai que je ne m'attendais pas à une soirée comme celle-ci. Mais il faut voir le bon côté des choses: j'en ai beaucoup appris sur eux en une seule soirée, malgré les instinct sauvages de cette fille."

Des bruits au-delà de la porte de la somptueuse salle de bain s'élèvent, accompagnés par des tambourinements. Des voix inquiètes de la présence de Phraste dans celle-ci, quand celui-ci se se tourne vers la porte.
-"Vous en faites pas, j'ai laissé de l'eau chaude.", crie Phraste en prenant son temps pour se rhabiller.

-"Hey, elle avait l'air de bien t'apprécier, mon gros.", repris la créature. "Surtout qu'elle n'avait pas l'air mal... rrrr !"
Le regard sombre en coin du roublard fit taire le diablotin.
-"Ne te trompe pas sur mes intentions. Surtout que son changement soudain de fille farouche a bestiale m'as surpris, j'aimerais autant m'en méfier pour le moment".

Le boucan deviens de plus en plus menaçant derrière la porte, des avertissement fermes s'élèvent alors, accompagné par des coups sourds mais faibles.

-"Tu ferais mieux de filer avant qu'ils enfoncent cette porte. Ils n'ont pas l'air d'apprécier ton irruption.", chuchote le diable.
-"Cesse de t'inquiéter. C'est des nobles: le temps qu'ils appellent quelqu'un qui n'ai pas les muscles atrophiés pour défoncer cette porte, on sera déjà partis."

Sortant un foulard noir percé de deux yeux et brodé au nom du "Vengeur masqué", il entrepris de l'attacher à la poignée de la porte.

-"Tiens, tu t'es mis à la couture ?", ironise le diablotin.
Sans prêter attention à la remarque - et après avoir glissé dans son sac quelques babioles de valeurs, le voleur grimpe agilement par la fenêtre et bondit sur le toit suivant, alors qu'en bas l'agitation commence à devenir importante...



Le jeu du chat noir et de la souris.


Tout en observant la fête de Sombrelune perché sur un mât qui soutiens la grande tente, Phraste fais tourner entre ses doigts une étrange graine aux reflets irisés. Comme toujours le petit diablotin niché sur son épaule se met à glapir.
-"Rah, mais t'attend quoi ?"
-"Rien", répond l'Elfe vraisemblablement concentré. "Je réfléchis".
Le petit diable se met à lâcher un rire mesquin, qui en dit plus qu'on n'en entend.
"Plus je m'enfonce dans leur clan, et plus il me faut de la méfiance et du bon sens."

-"De quoi tu t'inquiètes ? Tout se passe bien jusqu'à maintenant, pas vrai ?", marmonne la petite créature tout en se curant les dents de la pointe de sa propre queue.
-"Ne te fie pas aux apparence. Ce nouvel arrivant est doué pour simuler, il semblerait qu'il soit parvenu à berner la Matriarche. Le type toujours accompagné de son tigre m'as l'air d'un rôdeur, et particulièrement malin. Cette femme qui se prétend voyante ne m'inspire pas confiance, Chat noir as l'air d'en cacher plus qu'il n'y paraît et si je ne prend pas assez garde, je pourrais risquer de me faire berner par l'un des autres, même s'ils ont l'air plus en muscle qu'en cervelle."
Le roublard joint les mots à ses paroles, et laisse tomber du haut du mât la graine qu'il tenait dans les mains jusque dans un bol qu'un client viens de payer, et qu'il boit aussitôt après.

-"Tu es devenu parano ! Il n'y as pas un qui voit clair dans le tas, ils te prennent tous pour ce foufou gamin qui fait des larcin à tour de bras. Ils t'aiment bien, c'est tout !"
-"Alors faisons en sorte que ça le reste. Plus ça vas, et plus la salle est infestée de scorpions. J'ose à peine imaginer ce qu'il se passera s'ils apprenaient à quoi je joue."

En bas, le client s'éloigne petit à petit, filé discrètement par le roublard qui semble bien décidé à connaître l'effet de la graine de sommeil "fortune" vendue en sursis par "Personne".




Un secret trop bien gardé.


La pointe de sa lame entre les doigts, les pieds tambourinant la tôle de la plus haute maison au milieu des gros bâtiments, le roublard murmure à son compagnon à cornes.
-"Combien cette fois ?" - souffle t-il.
-"Trois cent, c'était juste, tu as eu le rivet." - répond la petite créature, allongée sur le ventre et jambes pilées, admirant la performance de l'Elfe.
Affichant un léger sourire, Phrase se concentre de nouveau pour projeter son arme qui atterri sur le casque du garde qui continue de scruter les alentours en maugréant, incapable de trouver la provenance des projectiles ce jours de marché, lui et son collègue.
-"Ça fera huit cent points. Tu vois, qu'est-ce que je t'avait dit !"
En ricanant, la créature se met à siffler entre ses dents.

-"Tu est plus doué pour les lancer de dagues qu'avec les femmes ! A ce jeux là, tu ne met pas toujours dans le mille."
Phraste s'interrompt, puis se retourne lentement vers la langue fourchue.
-"De quoi tu te mêle, sale avorton ! Que je n'ai pas réussi mes plans à merveille ne veux pas dire que c'est perdu."
-"Mouais... et qu'est-ce qui as marché jusqu'à maintenant ? Cette matrone que tu n'as pas revue ? Cette druidesse que tu côtoie ? Cette ... femme riche de qui tout ce que tu as eu pour l'instant, c'est une pauvre barre d'or ? Cette femme que tu croyait Peuh, soyons lucides."
Repliant ses jambes entre ses bras, le roublard pousse un soupir en surveillant en contrebas.

-"Je me demandes toujours comment elle as pu savoir... du moins elle n'avait que des doutes, mais son départ n'est pas une mauvaise chose, elle ne viendra plus fourrer son nez dans mes affaires. Pour ce qui est des autres femmes... j'ai tout intérêt à garder un oeil dessus."
Tout en décrivant des cercles au sol de son doigt crochu d'un air provocateur, le diablotin se mit à ricaner.
-"C'est à se demander ce que tu fait encore ici, mon pauvre. Tout le monde s'est mis à déserter les scorpions, et tu reste là à tourner en rond dans cette forêt pommée au milieu des humains quand tu ne fait pas de paris stupides avec moi. Tu es loin de ton but."

Après un moment de réflexion, Phrase se relève et s'étire après avoir prit le soins de se cacher derrière le muret.
-"Tu as raison. Le plan est tombé à l'eau, mais je n'ai pas perdu mon temps: mon absence m'aura permit de savoir où se trouve le scorpide pourpre."
Un dernier sourire narquois vers les gardes, et son dernier projectile coupe le plumeau du garde qui vient d'arriver en renfort, avant que le hors-la-loi saute sur le toit suivant.
-"Je trouverais bien une équipe pour le récupérer, sois patient. En attendant, il faudra te contenter de ce train de vie. Tant pis pour le plan".


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 17 Mar - 17:04 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Phraste
Truand

Hors ligne

Inscrit le: 17 Fév 2010
Messages: 10

MessagePosté le: Mer 17 Mar - 17:27 (2010)    Sujet du message: Tiré de l'époque des Scorpio Répondre en citant

tiré de la période Parias.

Les informations sont formelles, la matriarche scorpion est revenue, peut-être m'as t-elle suivi ? On m'as proposé un travail - cela aurait été  un manque de lucidité que de renoncer à cette opportunité - et peut-être saurais-je en tirer avantage.

A l'envers, jambes enroulées autours du mât de la taverne-bateau installé à la baie, le voleur garde les bras croisés dans la nuit qui l'enveloppe de son sombre manteau. A ses côtés, courbé sur le mât, son fidèle diablotin maugréé de nouveau.
-"A quoi cela peut-il bien te servir de te faire attraper une fois encore, tu connu de la garde dorénavant et ta crédibilité est anéantie, on te prend pour un bouffon incapable désormais. Jamais tu l'obtiendra à temps, tu comprends ? ça fait plus d'un an déjà, TU VAS CREVER !"

L'elfe vire simplement ses yeux en direction du petit diable, affichant un sourire mesquin que seul un damné se permettrait d'afficher.
-"Sois patient. Cette fois, l'avancée est réelle, fais-moi confiance. Les fichiers de la garde ont permis d'écarter des hypothèses.
J'ai bien une autre idée de où chercher, seulement pour ça, il vas falloir que je change mes cartes..."

Lâchant soudain ses jambes pour retomber dans un faible bruit sourd sur le ponton, le voleur observe les alentours rapidement, avant de grimper puis de s'enfuir sur les toits.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 20:48 (2018)    Sujet du message: Tiré de l'époque des Scorpio

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    le syndicat des parias Index du Forum -> Le Bureau -> Textes et récits (RP) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | créer forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com